Journal de Jeûne

(Lire l’intro : article précédent Bon réveillon, moi je jeûne!)

Journal de Jeûne / Jour J-1

Mot d’ordre de la veille du jour J: « Ne pas y penser » (tout simplement). Surtout ne pas commencer à se faire tout un film. Oui ça commence demain, et alors?

Par contre, je n’ai pas l’intention de jouer les héros donc j’ai dégagé de ma vue toute tentation irrésistible. Je me suis aussi arrangée pour ne pas devoir aller au magasin. Pourquoi se tenter inutilement? Pour se prouver qu’on est capable de résister? C’est ridicule, autant se faciliter la vie au maximum: réserves en suffisance et pas de sortie planifiée qui risque de déraper et de se terminer au Quick.

Mes préparatifs sont terminés, je me concentre sur autre chose et je n’y pense plus jusqu’à demain.

D’ailleurs demain quand la journée commencera, pareil, je me répéterai le mot d’ordre: ne pas y penser. Je prendrai mon thé comme d’hab, point. Ensuite je continuerai mes occupations.

Journal de Jeûne / Jour 1

Aucun problème particulier. Ok j’ai un peu faim mais rien de plus, donc vraiment rien de compliqué à surmonter.

Ps: Quelqu’un m’a dit: « Ne pas y penser », c’est facile à dire… J’apporte donc une précision sur ce que j’entends par « ne pas y penser ». Bien sûr que vous allez y penser, c’est malin! Ce que je veux dire c’est que quand votre cerveau vous enverra des messages en ce sens, N’ACCORDEZ-Y QU’UNE ATTENTION TRÈS RELATIVE. Donc quand vous aurez le sentiment de crever de faim, au lieu d’alimenter la machine en embrayant sur « j’y arriverai jamais, j’ai déjà faim après même pas 24h, comment je pourrais tenir plus d’une semaine? je n’ai pas assez de volonté, blablabla… Non! Contentez-vous d’accueillir l’information sans jugement. Ok votre corps vous crie que vous avez faim, ce qui est somme toute assez logique puisque vous ingurgitez beaucoup moins de calories qu’en temps normal. Donc oui vous avez faim, rien d’étonnant. Ensuite, dites-vous que cette sensation (de faim) va résister quelques instants et qu’après elle va disparaître. Et oui elle reviendra encore et puis elle disparaîtra à nouveau. Bientôt vous ferez la différence entre la faim et la sensation de faim. Le voyage commence, vous partez à la découverte de votre cerveau! Bref, pour DEMAIN, ON NE CHANGE RIEN: NE PAS Y PENSER et relativiser quand vraiment on y pense.

Journal de Jeûne / Jour 2

Toujours pas de problème particulier pour cette deuxième journée même si je commence à avoir ‘solidement’ faim. C’est le but donc rien d’anormal ni d’inquiétant.

L’organisme va se réveiller et comprendre qu’il doit maintenant vivre de ses réserves. Il va enfin pouvoir sortir de la léthargie dans laquelle vous l’avez plongé en le forçant à ingurgiter toute cette bouffe à longueur d’années.

Demain ce sera le jour 3, c’est un jour important. Il va falloir affronter ce que l’on appelle la « crise d’acidose ». Donc pas de panique en cas de fatigue, nausées, migraines, courbatures, sueurs, langue qui vire, urines colorées… Tout cela est normal!

Surtout je n’en profite pas pour sauter sur le prétexte et me dire que le jeûne n’est pas fait pour moi, que ce n’est pas le bon moment, que c’est mon corps qui me dit d’arrêter etc. C’est exactement le contraire qui est en train de se produire: la désintoxication commence.

Donc demain je ne craque pas! Pour tenir, je me dis que la crise ne va pas durer et que dès qu’elle sera finie tout va commencer à aller beaucoup mieux.

Journal de Jeûne / Jour 3

On ne va pas se mentir, le jour 3 est plus difficile (très gros mal de tête), mais cela ne va pas durer: 24 à 48h max. Après, j’aurai tout gagné donc je me concentre sur autre chose, j’attends que ça passe et surtout je ne craque pas sinon tout cela n’aura servi à rien.

À ce moment précis, toutes les maladies s’aggravent, c’est normal: l’élimination, la désintoxication est en cours. Toutes les forces curatives sont stimulées et peuvent enfin faire leur boulot (ce qu’elles ne pouvaient pas faire avant puisque l’organisme somnolait sous la tonne de bouffe à digérer).

Demain, la faim psychique aura disparu et cela va devenir beaucoup plus facile. Dès que la crise d’acidose sera terminée, le corps va trouver un nouvel équilibre et les premiers effets positifs vont commencer à apparaître. Oui, dès demain, vous allez voir…

Ps: Quelqu’un m’a demandé: Jeûner c’est comme arrêter de fumer, c’est aussi difficile n’est-ce pas? Je lui ai répondu: Ce n’est pas comparable. Ce qui paraît impossible à gérer pour le fumeur, c’est la perspective qu’il ne pourra plus jamais fumer de sa vie, c’est l’aspect définitif. Alors que le jeûne n’est que temporaire. Vous allez remanger…  mais dans quelques jours!

Journal de Jeûne / Jour 4

On y est presque. Aujourd’hui c’est le dernier jour désagréable.

Premier effet visible, dès le 4ème jour: tout mon corps a dégonflé. Je ne parle pas de poids mais de cette inconfortable sensation de ventre tendu, gonflé comme un ballon. Fini, disparu!

Autre effet qui s’annonce: le teint est déjà plus clair, moins chargé. La peau est aussi moins grasse.

Et ce n’est qu’un début! Donc on continue…

Ps: Perso, j’éprouve une certaine satisfaction à ne rien manger pendant que tous les autres s’empiffrent. C’est précisément pour cette raison que je choisis la période des Fêtes pour jeûner. Je me sens mieux à contre-courant.

Journal de Jeûne / Jour 5

Voilà c’est fini, la crise est passée. Et ce n’était finalement pas si terrible!

Je peux commencer à me féliciter car même si je décidais d’arrêter demain, ce serait déjà tout bénef pour mon organisme.

Sauf qu’aujourd’hui je me sens beaucoup plus forte qu’hier et que je veux apprécier tous les bienfaits de cette diète. Donc je continue!

Je ne vais pas m’arrêter en si bon chemin ; mon cerveau me réserve quelques bonnes surprises… Je sais qu’après l’effet calmant, un très agréable sentiment de légèreté va faire son apparition. Je veux sentir que les ailes me poussent dans le dos… c’est l’effet du jeûne que je préfère.

Ps: Quelqu’un m’a demandé: Ok d’accord on continue, mais combien de temps? Je lui ai répondu: Perso, je ne me fixe aucune échéance. Je me laisse libre d’arrêter quand je veux, quand je le sens. J’arrêterai quand j’estimerai avoir profité pleinement de tout ce que cette cure peut m’apporter. Apprenez à vous connaître, c’est le moment idéal: tous vos sens sont aiguisés. Ecoutez-vous! Je connais quelqu’un qui jeûne 48h par semaine (càd du dimanche soir au mardi midi, toutes les semaines de l’année) et ce rythme lui convient très bien. Chacun doit apprendre à se connaître et adopter sa propre méthode, durée, fréquence.

Pour la suite, c’est ici

Mon australienne fait du mordant et elle aime ça !

Histoire de changer de crèmerie, mon prof de mordant avait proposé qu’on s’entraîne de temps en temps en extérieur, au club de dressage.

C’est toujours une bonne idée de fréquenter d’autres lieux et d’autres chiens, mais je n’ai accepté que pour lui faire plaisir car je déteste les clubs (et je sais pourquoi).

À peine arrivée sur les lieux, j’entendais déjà leurs ricanements: celle-là avec ses lunettes de soleil et son australien, elle s’est trompée de terrain… l’agility c’est de l’autre côté! Rires gras ahaha.

Il faut dire que je dénote: une fille (qui n’est ni flic ni militaire), qui n’a pas de berger malinois, qui n’hurle pas comme une possédée pour faire obéir son chien et qui veut faire du mordant… ça fait tache dans le beau tableau de machos.

Mais bref. On me fait immédiatement remarquer qu’ « on ne sait pas si le berger australien est autorisé à faire du mordant » et qu’il va falloir vérifier cela dans la liste officielle. J’explique alors que je viens uniquement pour m’amuser et qu’on a pas du tout l’intention de se lancer dans les concours (pitié!) et que donc, on s’en fout de la liste.

Bon bon d’accord, mais on va d’abord devoir vérifier le niveau du chien en obéissance (car le mordant c’est pas pour les tapettes). Moi je demande pas mieux, je suis sûre de mon coup (ma Boogie, c’est une vraie petite Ferrari). D’ailleurs, ça lui arrache la gueule… mais le gars finit par admettre qu’il travaille ‘quand même’ bien l’australien.

Sauf qu’entre-temps, le Grand Manitou avait consulté la liste officielle sur internet et qu’il était de retour pour annoncer que ça n’allait pas être possible. Pas de berger australien dans la liste, donc pas de mordant! C’est comme ça et c’est pas autrement.

Allez, au revoir et merci pour l’accueil!

Donc on fait du mordant à la maison et ça nous va très bien:

Pour varier un peu, on invente des nouveaux exercices, genre ‘attaque’ au départ de la benne du bobcat et ça, au club… y a pas!:

Tant qu’on y est, j’en profite pour ajouter qu’avant cette histoire, j’avais déjà voulu m’inscrire à un cours de troupeau (j’aime bien essayer des trucs différents). Ben là aussi on m’a refusée. Oui, Madame… refusée! Désolé mais le club n’accepte que les border collie. Ben merde alors, un berger australien qui n’est pas autorisé à faire du troupeau, celle-là c’est quand même la meilleure!

Alors j’ai envisagé de prendre 2-3 moutons à la maison mais finalement bof, j’ai pas du tout d’affinités avec les moutons (sont trop cons). Total, on n’a jamais fait de troupeau (mais on aimerait bien).

Allez à +, et longue vie aux clubs hein!

La team des chiens (présentations)

J’ai quasiment toujours eu des chiens. Je les adore et je ne peux pas vivre sans. Le chien est mon tout premier coup de foudre pour le monde animal (avant les chevaux).

Avec eux, je cherche surtout à m’amuser. Les résultats m’intéressent peu, ce qui compte c’est d’être proches et complices.

J’ai 2 chiens: BOOGIE, une femelle berger australien (née en 2012) et RIQUIQUI, un mâle chihuahua (de 2013).

On fait pas mal de choses ensemble et on va vous raconter tout ça. Au programme: agility, mordant, pistage, tricks, dog dancing et autres cornichonneries en tous genres.

Attention ça va parler CHIENS! Donc les non-passionnés, laissez tomber, vous allez vous emmerder. Je peux débattre toute une soirée de l’incompréhension (par l’humain) de la notion de hiérarchie au sein de la meute, et encore toute une autre soirée du mauvais usage de l’effet libérateur du clicker. Avis aux amateurs…

J’insiste sur le fait que je suis autodidacte et ne possède aucun diplôme. J’élabore les méthodes qui ME conviennent au gré de MES expériences (rencontres, lectures, reportages, participation à des événements…). Il m’arrive souvent de remettre en question ce que je considérais pourtant comme acquis et je modifie régulièrement (parfois même radicalement) mes positions en fonction de mes observations.

Comme beaucoup de monde, j’ai commencé à la mauvaise vieille école: autorité, soumission, punition… Mais ça fait bien longtemps que j’ai abandonné tout ça et aujourd’hui je ne travaille plus qu’au renforcement positif.

Bon réveillon, moi je jeûne !

Comme je fais tout à contre-courant, chaque année je jeûne pendant les fêtes de fin d’année. Ça me fait rire et ce n’est pas un gros sacrifice pour moi car toute cette bouffe et cette frénésie de Noël m’écoeure.

Je pratique le jeûne liquide (hydrique) càd que je n’avale pas un gramme de solide, rien, nada, même pas un petit croûton!

J’en fais au moins un par an, parfois deux ou même trois, ça dépend de mon état. J’ai appris à me connaître et j’écoute quand mon corps me le réclame.

Je ne me fixe aucun objectif ou échéance, je me laisse libre d’arrêter quand je veux (généralement entre 8 et 11 jours).

Cela peut vous sembler insurmontable 10 jours sans manger mais c’est beaucoup plus facile qu’il n’y paraît. Seuls les 3-4 premiers jours sont délicats à gérer. Si vous tenez jusque-là, c’est gagné parce que l’effet euphorisant qui s’ensuit vous remonte à bloc ; plus rien ne peut vous arrêter, votre moral est au plus haut, vous êtes devenue invincible.

Cette année, je vais commencer le 27 décembre et je tiendrai un petit journal que je partagerai ici:

Ps: Ne comptez pas sur moi pour vous donner des recettes de bouillon! Pas mon genre non plus de me lancer dans un exposé sur les différents types de jeûne avec comparaison de leurs effets respectifs…

Plein d’autres ont déjà fait ça beaucoup mieux que je ne pourrais le faire.

On en parle ou pas ? #1

Hemingway chassait le requin à la mitraillette en Floride

Oui vous avez bien lu… à la mitraillette!

C’est ici que « L’Adieu aux armes » et « En avoir ou pas » prennent tout leur sens… non, vous ne trouvez pas?


Source: 1937 – La fin de l’innocence (Heike Bittner, 2017). Rediffusion régulière sur Arte.

Merci Saint Nicolas !

J’ai beau avoir l’âge que j’ai, je ne suis pas tout à fait adulte et cela me convient très bien. J’ai gardé une âme et des attitudes d’enfant: je sautille quand je suis contente, je boude et je fais la moue quand ça ne tourne pas comme je veux, je joue encore avec des jouets et je fais des tresses à mes poneys.

Pour entretenir cette tendance, chaque année je m’offre des cadeaux à la Saint-Nicolas. C’est une règle que je me suis fixée il y a déjà longtemps et qui ne souffre d’aucune exception: pas d’impasse sur la st-nic et interdit d’acheter autre chose qu’un jouet! Même quand c’est pas le moment de dépenser de l’argent à des conneries, zéro excuse: uniquement un cadeau pour JOUER et S’AMUSER (quitte à être petit quand le budget est serré).

Je ne suis jamais à court d’idées de cadeaux et j’ai chaque fois une nouvelle lubie.

Cette année, j’ai été très gâtée: Saint Nicolas m’a apporté une borne arcade! J’en rêvais depuis toujours et j’ai réussi à en trouver une pas trop cher. Elle est carrément dans mon salon! Tous les nostalgiques du Luna-park me comprendront…

Merci Saint Nicolas !

Ps : et vous, Saint Nicolas il vous apporte quoi ?

J’ai décidé de fuir

J’ai décidé de fuir la société (et tout ce qui va avec). Non je ne me suis pas exilée au fin fond d’un bled perdu, mais je suis allée m’isoler à la campagne, loin de la ville et de sa foule que je ne supporte plus.

J’ai aussi décidé de couper autant que possible les contacts avec la vraie réalité. Je me désintéresse volontairement de tout ce qui est susceptible de me ramener au réel. Je m’oblige à ne plus suivre l’actualité (et encore moins la politique), je ne fréquente presque pas d’endroits publics, je fais exprès de ne pas suivre la mode et je rejette à peu près tout ce que l’on considère comme évident ou acquis.

Professionnellement, je me suis débrouillée pour travailler principalement de chez moi donc, en plus, je ne sors quasi plus de ma bulle.

Et ça me plaît, j’adore ça!

Mais ça ne m’empêche pas d’avoir envie d’échanger et de partager sur tout et n’importe quoi… et c’est ce que j’aimerais faire ici avec ce blog.

Je pars de zéro, j’en suis nulle part et je ne connais rien à cet univers qui est complètement nouveau pour moi. On verra où cette aventure me mènera.

Ce blog me servira de tremplin (le problème c’est que je ne sais pas encore plonger).